Art et Paysage

L'œuvre et le lieu

S’il a permis à l’artiste et à son œuvre, de se dégager des codes et références académiques, le mouvement moderne a ouvert, au début du XX siècle, une brèche qui a rapidement explosé. Le regard porté sur le territoire, les interrogations qu’il suscite, notamment celle de la place de l’homme dans son environnement, l’humilité avec laquelle il doit l’appréhender, ou, au contraire la vision anthropocentriste qu’il pose sur celui-ci, constituent dès la seconde moitié du XXe siècle, une source d’inspiration, qui aujourd’hui encore semble ne pas se tarir.
A partir des années 60, pour les acteurs du «Land-Art», terme qui revêt une multitude d'actions artistiques et dont les artistes ont été regroupés a posteriori sous cette dénomination, il s'agit de prendre ses distances avec l'espace de l'atelier, de rompre avec les conceptions classiques de la création artistique. L'oeuvre ne se cantonne plus au musée, le paysage n’est pas simplement source d’inspiration, sujet à représentation, il est lui-même le support, l’outil et la matière de l'intervention artistique. L'espace est vécu comme un «matériau disponible», les artistes investissent des pans entiers de paysage à travers une multitude de pratiques (des sculptures monumentales de Smithson au déplacement de Richard Long à travers des paysages selon un parcours bien défini).

LONG Richard, White Rock Line, 1990. Collection CAPC Musée d'Art Contemporain. Photographie W.NEEB.

LONG Richard, Hilltop Stones, Bolivia, 1981. Collection CAPC Musée d'Art Contemporain. Photographie B. FONTANEL.

Souvent peu accessibles pour le grand public, évolutives et provisoires, les oeuvres du Land Art investissent des espaces «déserts». Ne pouvant être déplacées, ces oeuvres sont «reçues» par le public par le biais de la photographie accompagnée par des textes, des schémas, des croquis… Crées in situ, les œuvres initient un dialogue entre l’œuvre et le lieu, elles se mesurent à l’échelle du paysage mais aussi parfois à la dimension terrestre voire cosmique, avec humilité, défi ou provocation.

En Lot-et-Garonne


Traversales 02 – exposition collective - à Nérac (Galerie des Tanneries - 2002)

Du 5 juillet au 31 août 2002, s'est tenue l'exposition «Traversales» à Nérac. Initiée par la Galerie des Tanneries, l'Office de Tourisme de Nérac et le collectif d'artistes arcos, cette exposition collective proposait au spectateur de découvrir des pratiques d'art contemporain à travers un parcours dans la ville. Les oeuvres, installées en extérieur ou au sein de la galerie des Tanneries, instauraient, à travers différents moyens plastiques, un dialogue avec l'environnement bâti et paysager.

Julie VLES, Carillon, 2002 - fer, verre à vitre, câble (30 x 180 x 820 cm) – Installation au lavoir de Nérac .

Rosalyn DUCHON, 41 protections, 2002 – fibre de verre, paraffine (h: 40 cm, diam : 13 cm) – Installation sur les bords de Baïse.

Camille MARCEAU, Transapparence, 2002 -miroirs, vêtements englués (dimensions varibles) – Installation

En savoir plus sur cette exposition et la programmation de la Galerie des Tanneries à Nérac: 05 53 97 01 45 / comite.tourisme.nerac@wanadoo.fr

C.Garrier. Xposition 40 paysages / Pollen
Monflanquin sept dec 2006

A l'automne 2006, Christian GARRIER dans le cadre de l'exposition «quarante paysages» a présenté à Pollen, à Monflanquin, peintures émaillées et tableaux-vidéos. En 2007, une intervention artistique de ce plasticien autour des paysages de Lot-et-Garonne va être développée dans le cadre d'un partenariat Pollen/CAUE47. Cette intervention s'articulera à un travail de représentation du paysage en milieu scolaire prenant la forme d'une initiation au regard. Christian GARRIER rencontrera une classe d'élèves de collège et les entretiendra, en tant que plasticien, de sa vision du paysage. Un des objectifs est de faire prendre conscience aux élèves que le paysage, et sa représentation, sont propres à chaque individu. Plus largement, il s'agira de s'interroger sur le regard que porte l'artiste aujourd'hui sur le paysage, sur les moyens utilisés pour l'appréhender… L'ensemble du projet (travail de l'artiste, productions des élèves…) sera mis en ligne et consultable sur le blog du site «Paysages de Lot-et-Garonne».

En savoir plus sur cette exposition et la programmation de Pollen à Monflanquin: 05 53 36 54 37 - www.pollen-monflanquin.com - Consultez le blog Paysage.

Remerciements: la plupart des tableaux présentés font partie des collections du Musée des Beaux-Arts d'Agen et y sont exposés en permanence. Nous remercions tout particulièrement son conservateur, Marie-Dominique Nivière pour son précieux concours et invitons le lecteur à se rendre au Musée des Beaux-Arts d'Agen (renseignements et horaires d'ouverture: www.ville-agen.fr/musee - 05 53 69 47 23).

White Rock Line, LONG Richard

27_long_richard_whiterockli